Projet BasicFrançais

  • par
logo ile de france

logo ile de france
BasicFrançais :  un outil d’intégration et d’accès à l’emploi sur le territoire ITI des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville des 18e, 19e et 20e arrondissements.

Financement FEDER : 142 725 €

Les quartiers populaires parisiens et plus particulièrement les quartiers populaires du 18, 19 et 20ème arrondissement de Paris regroupent aujourd’hui une part importante d’habitants dont le niveau de français est relativement bas, ce qui constitue un frein à leur insertion sociale et professionnelle. C’est le constat qui est fait par Pôle Emploi, la Mission Locale de Paris, l’Espace Parisien d’insertion et le PLIE de Paris. En effet, ces structures observent tous les jours que l’apprentissage du français est le premier besoin de leurs bénéficiaires auquel ils doivent répondre car le français est un véritable frein à l’accès à l’emploi. L’accès à l’emploi est par ailleurs un levier essentiel pour le développement économique du territoire ITI de Paris.

Or aujourd’hui, les associations locales faisant de l’accompagnement à l’apprentissage du français disposent d’un certain nombre d’outils, mais l’efficacité de ces outils n’est pas optimale et ne répond pas entièrement aux besoins des habitants en termes d’apprentissage du français.

L’application « BasicFrançais » a pour but de renforcer les compétences de ces populations de migrants de première, deuxième ou troisième génération, en les aidant à acquérir les bases du français, en se basant dans un premier temps sur le niveau A1 requis par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration., et qui correspond au niveau minimal nécessaire à une intégration réussie dans le monde du travail.

Les associations mentionnées auparavant disposent déjà d’un certain nombre d’outils, mais dont l’efficacité n’est pas optimale. Ainsi le récent rapport du député Aurélien Taché a établi un état des lieux critique concernant ces formations aux bases du français, et propose un certain nombre de pistes d’améliorations dans lesquelles le projet s’inscrit pleinement.

En effet, notre projet “basic français : un outil d’intégration et d’accès à l’emploi sur le territoire ITI”, propose le développement d’un nouvel outil qui se distingue selon plusieurs aspects :

  • C’est un outil destiné a être disponible et en classe et pour un usage individuel, afin de renforcer la capacité derépétition des exercices en dehors des cours, pour renforcer l’apprentissage.
  • C’est un outil qui s’adresse à l’apprenant dans sa langue maternelle, et à l’oral, levant ainsi la barrière de l’écrit et dela langue nationale. Les consignes d’utilisation de l’outil sont donc traduites et énoncées dans la langue maternelle idoine.
  • L’apprentissage est basé en grande partie sur des animations qui contextualisent les éléments de langage. Ellesmettent en scène deux avatars : Ludo- le personnage masculin – et Vic – le personnage féminin -, choisis pour ne pas stigmatiser les populations visées, et pour promouvoir l’égalité des sexes. Non seulement les apprenants enregistrent des éléments de français, mais ils reçoivent également des informations d’ordre comportemental : comment agit un citoyen français.

Le projet est innovant pour ses fonctionnalités ainsi que pour sa réponse adaptée aux besoins spécifiques des habitants des quartiers populaires du territoire ITI de Paris en termes d’apprentissage du français.

Ainsi le projet a pour but de développer cet outil pour les associations locales du territoire ITI dont les missions principales sont l’apprentissage du français. Un travail d’identification de ces associations a déjà été débuté dans le 18ème arrondissement avec l’aide de l’Équipe de Développement Locale du 18ème arrondissement de la Ville de Paris. Cela a permis de commencer à développer des liens avec l’association L’Ile aux langues. Le but n’est pas de nous limiter à cette association, mais de pouvoir identifier à l’aide des équipes de développement locales du 18,19 et 20ème d’autres associations pouvant bénéficier de notre outil, d’autant plus qu’elles ont chacune leur spécificité soit en termes de contenu de la formation dispensée, soit en termes de populations visées. C’est cette multiplicité d’environnements qui sera mise à profit dans la phase de tests et de développements en boucle (« développement agile ») intégrant les retours d’expérience. Il est prévu dans le budget du projet de mettre gratuitement à la disposition des associations dans les QPV des 18e, 19e et 20e arrondissements, des tablettes tactiles permettant d’accéder aux développements du projet dans ses diverses phases d’avancement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *